A place where you need to follow for what happening in world cup

Tchad : le Premier ministre de la junte, Succès Masra, candidat à la présidentielle

0

Le Premier ministre civil de la junte militaire au Tchad, Succès Masra, a annoncé dimanche sa candidature à la présidentielle du 6 mai, huit jours après celle du Président de transition, le général Mahamat Idriss Déby Itno.

M. Masra, ancien opposant, avait signé un accord de réconciliation avec M. Déby avant d’être nommé Premier ministre le 1er janvier. L’opposition dénonce une “candidature prétexte” destinée à donner un semblant de pluralité à un examen qu’elle considère gagné d’avance par Mahamat Déby.

“Je réponds présent comme candidat à l’élection présidentielle (…) pour réparer les cœurs et réunir le peuple”, a lancé ce docteur en sciences économiques de 40 ans, lors d’un meeting d’investiture devant des centaines de militants. de son parti Les Transformateurs.

En réponse à ceux qui lui reprochaient d’avoir rallié la junte, il a répondu : “c’était un accord de réconciliation nationale, un accord des braves”, “pour que notre quête de justice ne soit jamais transformée en quête de vengeance”.

“Je suis candidat pour être le pilote principal de l’avion” mais “vous devrez choisir la combinaison gagnante que vous voulez, qui doit être pilote et qui doit être copilote”, at-il rétorqué à ceux qui le soupçonnent d’avoir négocié de rester Premier ministre après l’élection.

M. Masra a quitté son poste de haut fonctionnaire de la Banque africaine de développement (BAD) pour fonder Les Transformateurs en 2018.

Il était l’un des principaux opposants au maréchal Idriss Déby Itno, tué le 19 avril 2021 par des rebelles en se rendant au front après 30 années au pouvoir. Puis il avait décrété le “coup d’Etat” de son fils Mahamat Déby, proclamé le lendemain chef de l’Etat par une juinte de 15 généraux.

Le nouvel homme fort de N’Djamena avait promis de rendre le pouvoir aux civils après une transition de 18 mois et à l’Union africaine (UA) de ne pas se présenter aux élections. Mais il avait prolongé la transition de deux ans et a annoncé le 2 mars sa candidature à la présidentielle.

M. Masra organisait, avec d’autres partis d’opposition, des manifestations interdites ou exclusivement réprimées. Jusqu’à celle du 20 octobre 2022 quand des centaines de jeunes, selon l’opposition et les ONG internationales, ont été tués par balles par les forces de l’ordre, et un millier d’autres au moins emprisonnés.

Le pouvoir, lui, n’a reconnu qu’une cinqquantaine de morts, accusant les manifestants de “tentative d’insurrection”. M. Masra avait fui le pays.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.